Haute-Savoie Mag - 142 : Novembre-Décembre 2012

Archives

Aide

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

p16-photoprincipale-ph1.jpg

© CG74 / Laurent Guette

4,4 M€ sont alloués par le Conseil général pour l'enseignement supérieur en 2012

Repères

8 600 étudiants inscrits pour l’année scolaire 2010-2011

7 415 en établissements publics

4 338 étudiants en université

325 formations dispensées sur le département

56 établissements, dont 26 publics


Sources : Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et L’Étudiant

Le prêt étudiant du Conseil général

Les jeunes haut savoyards qui poursuivent des études supérieures en France ou à l'étranger peuvent bénéficier, sous certaines conditions, d'un prêt sans intérêt du Conseil général allant de 1450 € à 1750 €. Celui-ci est octroyé pour une année d'études, mais une nouvelle demande peut être déposée chaque année. Le remboursement s'effectue en deux versements égaux : les sixième et septième années suivant celle de l'attribution.

p18-TransmediaSciences-Po-ph1.jpg

Le master Transmédia ouvert par Sciences Po Grenoble à Annecy en 2011 avec le soutien actif du Conseil général © CG74 / Laurent Guette

Le Campus universitaire d'Annecy-le-Vieux

  • 1er campus de l’Université de Savoie.
  • 4 500 étudiants (rentrée 2012) sur trois Unités de Formation et de Recherche (UFR) : l’Institut Universitaire de Technologie (IUT), l’Institut d’Administration des Entreprises (IAE Savoie Mont-Blanc) et l’école d’ingénieurs Polytech Annecy Chambéry.
Christian Monteil intervenant aux Assises de l'enseignement supérieur, le 12 octobre à Grenoble.

Christian Monteil intervenant aux Assises de l'enseignement supérieur, le 12 octobre à Grenoble.

© Rectorat de l’Académie de Grenoble

Le Conseil général soutient l’enseignement supérieur

Depuis plusieurs années, le Conseil général joue un rôle essentiel dans le développement du site universitaire d'Annecy. Au total, ce sont près de 25,7 M€ d'investissements (hors foncier) qui ont été apportés entre 1990 et 2006. Deux opérations sont encore en cours actuellement : la réalisation de la Maison de la Mécatronique (pour fin 2012) et celle de la bibliothèque universitaire (pour 2015). Pour ces deux grands chantiers, ce sont 3 M€ de subventions qui sont alloués par le Conseil général.


Si celui-ci participe au renforcement du campus universitaire central d'Annecy, il n'en est pas moins favorable au développement d'un réseau territorial dédié à la formation continue. Dans un autre registre, le Conseil général est attaché à la présence de l'Institut Universitaire de Formation des Maîtres en Haute Savoie.

À noter enfin que le Département apporte aussi un soutien financier au fonctionnement de l'Université de Savoie, via l'Assemblée des Pays de Savoie, dans le cadre d'un contrat quadriennal d'un montant de 1 295 000 €, soit 647 500 € versés par chaque Département.

p18-Puthod-ph1.jpg

Dominique Puthod, Conseiller général délégué à l’enseignement supérieur.

"Le Conseil général a joué un rôle important dans le développement de l’enseignement supérieur en Haute-Savoie, pour offrir à nos jeunes des formations près de chez eux et adaptées aux besoins du tissu économique local. »

Retour En avant

Enseignement supérieur : un atout à conforter pour le territoire

Public et privé, filières courtes et longues, formation initiale et continue, enseignement traditionnel et en alternance, la Haute-Savoie dispose d’un large éventail de possibilités en matière d’études supérieures. Pour coller aux besoins et à l’évolution du territoire, l’offre de formation s’appuie par ailleurs sur un assemblage de filières classiques et de filières créées autour des spécificités de notre département.

Avec huit composantes sur trois domaines universitaires (Annecy-le-Vieux, Le Bourget-du-Lac et Jacob-Bellecombette, près de Chambéry), L'université de Savoie est le pilier de l'enseignement supérieur en Pays de Savoie.

Plus de 12 000 étudiants fréquentent ses cours cette année. Elle règne sur toute une série d'enseignements "classiques" allant des langues aux sciences en passant par le droit, les lettres ou encore les sciences humaines. La recherche n'est pas en reste puisque l'Université de Savoie compte 19 laboratoires.


Une partie de ces unités de recherche et filières « généralistes » se retrouve sur le campus d’Annecy-le-Vieux, tête de proue de l’Université de Savoie sur notre département. « Le Conseil général a depuis toujours soutenu l’essor de l’Université de Savoie par le biais d’investissements fonciers et financiers » indique !Dominique Puthod, Conseiller général délégué à l’enseignement supérieur.

Sur ce site, au sein de l’IUT et de l’IAE Savoie Mont-Blanc (anciennement IMUS), les étudiants peuvent s’orienter, après le baccalauréat, vers les domaines de l’économie, de la gestion des entreprises et des administrations, des techniques de commercialisation, du commerce international, du tourisme, de la logistique, de l’informatique, etc., voire intégrer les filières plus pointues de l’École d’ingénieurs Polytechnique de l’Université de Savoie, Polytech Annecy-Chambéry, qui délivre quatre diplômes, déclinés en neuf options.

Le Campus universitaire d'Annecy-le-Vieux

Près de deux BTS sur trois dispensés en établissement public

En complément de ces filières universitaires, donc d’enseignement public, on dénombre toute une batterie de cursus en théorie plus courts, deux années pour les BTS, formant des spécialistes du « management des unités commerciales », de la comptabilité, de la gestion, de la « transaction et gestion immobilière », des «affaires internationales» de la « bancassurance » ou encore du bâtiment.

À la rentrée 2010, environ 2 100 étudiants* démarraient leur formation dans ces disciplines professionnalisées, dont près des deux tiers étaient dispensées au sein d’établissements publics répartis sur l’ensemble du département, de l’agglomération annécienne au Chablais, en passant par Annemasse, Cluses, La Roche-sur-Foron, Rumilly, Passy, Sallanches…

Formations supérieures historiquement bien ancrées dans le paysage haut savoyard, les classes préparatoires aux grandes écoles, dont une quinzaine au lycée Berthollet d’Annecy, couvrent les trois domaines habituels : les lettres, les mathématiques et l’économie. En septembre 2010, ce sont près de 600 étudiants* qui étaient inscrits sur l’agglomération annécienne (Annecy et Argonay).


La Haute-Savoie dispose aussi de cursus de formation supérieure plus pointus mais pas hors du commun pour autant, dans les arts appliqués via l’École Supérieure d’Art d’Annecy (174 étudiants* en 2010-2011), les écoles paramédicales et sociales (1 068 étudiants* en 2010-2011).

Repères

Des formations en lien avec le développement du territoire

Afin de permettre aux jeunes haut savoyards de poursuivre leurs études dans le département, l’offre de formation haut savoyarde s’est au fil du temps adaptée à l’évolution de l’enseignement supérieur, en lien avec des thématiques plus actuelles comme l’enseignement de la musique (section musique études à l’IUT d’Annecy) et la formation aux carrières sociales (assistant de service social, éducateur spécialisé, moniteur éducateur, auxiliaire de vie sociale, aide médicopsychologique…) à l’Institut régional et européen des métiers de l’intervention sociale à Annecy.

Encore plus en lien avec l’évolution de la société et de l’économie, des établissements haut savoyards s’inscrivent dans un mouvement national qui met aujourd’hui au coeur de certains cursus des thématiques particulières comme le « eMarketing » ou, dans un tout autre registre, la diététique ou encore les « services informatiques aux organisations ».


Le développement durable a, ici aussi, une forte influence sur l’orientation de l’enseignement supérieur. Tandis qu’un BTS en « Économie sociale et solidaire » est par exemple proposé à Annecy, une quinzaine de filières s’est développée autour de l’environnement avec des cursus allant du BTS au master, en passant par la licence professionnelle. Ainsi, tandis que l’école d’ingénieurs Polytech propose une spécialité « Environnement, bâtiment, énergie », l’IAE Savoie Mont-Blanc a créé de son côté un master « Marketing et développement durable » et l’IUT une licence professionnelle « Maîtrise des énergies renouvelables et électriques ». Plusieurs établissements du département accueillent aussi des étudiants en BTSA « Gestion et maîtrise de l’eau », « Gestion et protection de la nature » ou en DU « Ingénierie de l’espace rural »…

En images


Tout en s’adaptant à l’actualité, à l’évolution du marché du travail et de la société, l’enseignement supérieur haut savoyard ne s’éloigne pas pour autant des caractéristiques de son territoire. En effet, si l’offre de formation post baccalauréat s’appuie sur l’identité du département, elle se tourne aussi largement vers l’avenir en général, et celui du département plus particulièrement. Ainsi, au lycée Louis Lachenal (Argonay), plusieurs BTS sont proposés autour du travail du bois (l’une des filières économiques leader du département) avec des spécialités comme « Développement et réalisation bois », « Systèmes constructifs bois et habitat » et, dans un tout autre registre, en marge des Instituts de formation en soins infirmiers d’Annecy, Ambilly et de Thonon-les-Bains, s’ajoutent un certain nombre de propositions comme le Diplôme d’État d’aide soignant de la Maison Familiale Rurale d’Annecy-le-Vieux ou les différents parcours de préparation aux concours d’entrée des écoles de la santé de l’école Palafis de Poisy.

Enfin, de par sa proximité avec la Suisse, la Haute-Savoie participe aussi à des programmes d’enseignement transfrontaliers, dont les coopérations menées via le Centre universitaire et de recherche d’Archamps.

Des filières pour coller aux «nouveaux» besoins du tissu économique local

« Tout en capitalisant sur des secteurs économiques devenus traditionnels dans le paysage haut savoyard, l’enseignement supérieur se veut aujourd’hui tout aussi attentif aux problématiques économiques locales, quand il ne s’agit pas d’avoir une longueur d’avance » commente Dominique Puthod. Trois des secteurs marquants de l’industrie haut savoyarde bénéficient ainsi d’appuis sérieux dans l’offre de formation : la métallurgie, les sports et l’image.


Doyenne de ces trois économies, l’industrie métallurgique a par exemple créé – via les Chambres syndicales de Savoie et Haute-Savoie et en partenariat avec l’Université de Savoie – l’Institut des Techniques d’Ingénieur de l’Industrie (ITII 2 Savoie); tandis que le pôle de compétitivité Arve Industries consolide année après année ses liens avec Polytech.

Le Conseil général soutient l'enseignement supérieur


Reconnue dans le monde entier pour l’organisation d’événements sportifs internationaux et comme centre européen majeur de l’industrie des sports outdoor, la région Rhône-Alpes accueille par ailleurs environ 200 entreprises et de nombreux sièges européens des plus grands acteurs internationaux du secteur.

Forte de ce constat, la Haute-Savoie confirme sa place déterminante dans cette économie, notamment à travers et/ou grâce à l’association Outdoor Sports Valley (OSV). À peine deux ans après sa création, OSV s’est lancée dans la formation, avec deux licences professionnelles proposées en partenariat avec l’Université de Savoie et soutenues financièrement par le Conseil généra l: « Performance Sports Textile and Footwear » ouverte en 2012 à l’IUT et «I nternational Sales Specialists in Sports » qui démarrera en 2013 à l’IAE Savoie Mont-Blanc. Outre ces deux cursus dispensés en intégralité en anglais, le campus ancilevien accueille aussi des sections sport études et ski études, combinées à des spécialités techniques ou commerciales (IUT).


Enfin, autre économie marquante du territoire, la filière « image » bénéficie d’un certain nombre de formations, souvent menées sous la forme de partenariats. Au total il existe près d’une dizaine de programmes, allant de 1 à 5 ans d’études dans les domaines de l’infographie, du web, et de la 3D. « Le Conseil général s’est associé à Citia (Cité de l’image en mouvement) pour proposer des parcours accompagnés : « Animateur 3D Computer Graphics Animator » de l’école Les Gobelins, « Développeur Informatique multisupports », « Concepteur Réalisateur Multimédia » et « Professionnel Hypermédia et Communication » de la CCI, « Communication et Hypermédia » de l’IAE Savoie Mont-Blanc ou encore le master « Transmédia » de Sciences Po Grenoble dispensé à Annecy » précise Dominique Puthod.

Le prêt étudiant du Conseil général


Accompagner les besoins du territoire, les devancer dans certains cas, est l’une des missions dont les principaux acteurs de l’enseignement supérieur se sont emparés. En s’appuyant sur le tissu économique et les élus du territoire, ils construisent un maillage le plus pertinent possible.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logo-mag-splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même