Haute-Savoie Mag - 146 : Septembre-Octobre 2013

Archives

Aide

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

p6-dispositifMaia-ph3.jpg
p6-dispositifMaia-ph1.jpg

Le dispositif est dédié aux personnes très isolées.

Repères

100 saisines en 2012.

83 situations suivies en gestion de cas.

Moyenne d’âge des usagers : 84 ans.

73 % des usagers vivaient seuls.

p6-dispositifMaia-ph2.jpg

Journée mondiale Alzheimer

Le 21 septembre aura lieu la Journée mondiale Alzheimer, pour sensibiliser et informer le grand public sur une pathologie qui touche aujourd’hui plus de 850 000 personnes en France.

Retour En avant

Personnes âgées

Un dispositif au service des personnes en perte d’autonomie

Prévu dans le cadre du plan national Alzheimer, le dispositif MAIA (Maison pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer) permet d’assurer une meilleure continuité dans la prise en charge des personnes âgées. Déjà opérationnel sur le bassin annecien depuis 2010, le dispositif sera prochainement étendu au Chablais.

La Maison pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer (MAIA) est un dispositif d’accueil, d’orientation et de coordination (et non une maison au sens physique du terme) dont l’objectif est de renforcer l’articulation entre les différents professionnels qui interviennent pour les soins, les aides et l’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie fonctionnelle, afin d’éviter les ruptures dans la continuité de leur prise en charge.


Repères


Le dispositif est dédié aux personnes très isolées, souffrant de troubles cognitifs, du comportement et/ou de perte de mobilité et qui refusent toute aide : malades d’Alzheimer (ou maladies apparentées), personnes âgées de plus de 75 ans. Ce sont les services médico-sociaux (pôles gérontologiques, équipes territorialisées handicap) ou hospitaliers qui saisissent la MAIA quand ils identifient une situation dite “complexe” : isolement, refus de soins, conflits familiaux, situation sociale précaire, etc (les particuliers ne peuvent y faire appel directement). Le suivi en est alors confié à un professionnel appelé “gestionnaire de cas”. Ayant suivi une formation spéciale de coordonnateur de santé en gériatrie (titulaire du diplôme interuniversitaire de gestion de cas), celui-ci va se mettre en relation avec la personne âgée, et, le cas échéant, ses aidants et ses intervenants à domicile afin de réaliser une évaluation de ses besoins et de lui proposer un plan d’accompagnement individualisé de nature à lui faciliter la vie à domicile, l’enjeu étant de lui faire accepter un minimum d’aide. C’est lui aussi qui planifiera le recours aux services adéquats, effectuera les démarches notamment financières, coordonnera les différents intervenants. Ce suivi personnalisé et continu sur une période ponctuelle va contribuer notamment à prévenir la dégradation des situations fragiles, éviter les situations de crise, les hospitalisations à répétition. A la sortie du dispositif, ce sont les équipes médico-sociales des pôles gérontologiques qui reprendront le relais.


Journée mondiale Alzheimer


Sur le bassin annecien, le dispositif MAIA est porté par le Conseil général, en partenariat avec le Centre Hospitalier de la région Annecienne (CHRA), et financé par l’Agence Régionale de Santé. Il est intégré au pôle gérontologique d’Annecy et compte 4 gestionnaires de cas, 2 employés par le Conseil général et 2 par le CHRA. Dans le Chablais, le service sera opérationnel avant la fin de l’année.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logo-mag-splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même