Retour à la bibliothèque
Haute-Savoie mag - N°169 - Avril/Juin 2018
En direct du Département
Routes

Une sentinelle au service de nos déplacements

La salle d’exploitation reçoit toutes les informations liées aux événements survenant sur le réseau routier et affectant la circulation.

La salle d’exploitation reçoit toutes les informations liées aux événements survenant sur le réseau routier et affectant la circulation.

© Dep74 - L. Guette

Rien ne leur échappe de ce qui se passe sur les routes de Haute-Savoie. Les agents de la salle d’exploitation routière du Département ont deux priorités : savoir et faire-savoir afin de faciliter les déplacements des milliers d’automobilistes haut-savoyards.

L’hiver est une période particulièrement tendue pour les services routiers du Département, surtout quand, comme cette année, il aura été marqué par des épisodes météorologiques d’une intensité inhabituelle : la tempête Éleanor et des pluies diluviennes sont venues s’ajouter aux fréquentes chutes de neige et au verglas, avec leur corollaire de dégâts : éboulements, affaissements, chutes d’arbres, inondations…, qui ont considérablement mis à mal le réseau routier et perturbé le trafic. Dans ces conditions, intervenir au plus vite pour dégager les chaussées, mettre en place les déviations qui s’imposent et rétablir la circulation dans les meilleurs délais est un défi quotidien pour les services routiers du Département. Ainsi, uniquement pendant les intempéries de janvier, pas moins de 445 agents étaient à pied d’œuvre de jour comme de nuit et ont effectué plus de 180 opérations urgentes !

Pour coordonner ces interventions, le Département s’appuie sur un dispositif incontournable : la salle d’exploitation routière, plus communément appelée “Salex”. Véritable centre névralgique de l’organisation, elle fonctionne 7 jours/7 et sans interruption. Au quotidien, de 6h à 18h, elle mobilise 2 agents qui assurent également des astreintes de nuit mais ils peuvent être jusqu’à 6 simultanément au plus fort d’un événement exceptionnel. C’est ici qu’aboutissent toute l’année, en un flot continu, appels téléphoniques, courriels, alertes en provenance des pompiers, des autorités (Gendarmerie, Préfecture…), de Météo France, des gestionnaires autoroutiers ou des 29 centres d’exploitations des routes répartis sur tout le territoire, pour signaler chaque événement survenant sur le réseau et susceptible d’en affecter les conditions de circulation.

Un maillon essentiel
La Salex, qui sert d’interface entre tous ces acteurs, est chargée de coordonner l’action des services de terrain et de communiquer les informations sur les perturbations routières, qu’elle relaie aussi sur les panneaux d’information jalonnant les routes, sur le site internet inforoute74.fr et auprès de la presse.
En plus des bulletins spéciaux faisant suite à des événements ponctuels, les agents établissent et diffusent chaque matin au sein de l’institution départementale, une synthèse de l’état du réseau routier, des conditions et prévisions météo, des données de trafic, d’ouverture des cols et d’accès aux stations de ski, ou encore du niveau de pollution pour la journée à venir. Ils s’assurent également du bon fonctionnement des équipements d’exploitation (panneaux d’information ou barrières) afin qu’ils soient toujours opérationnels en cas de besoin.

Indispensable au quotidien, le rôle de la Salex l’est d’autant plus quand survient un événement perturbant ou une situation de crise, par exemple des arbres tombés sur la chaussée, un éboulement, un accident ou encore un épisode neigeux exceptionnel. L’événement se voit d’abord attribuer une couleur de classification en fonction du type de réseau concerné (axe principal ou secondaire), de son importance et de son ampleur, du trafic observé, et de son impact sur la circulation ou le secteur. Le vert correspond à une situation courante, le jaune appelle à la vigilance particulière, le rouge s’applique à une situation difficile et le noir signifie alerte maximale. Puis, une procédure d’intervention préalablement définie va s’appliquer : dépêcher des services d’intervention sur place, activer des panneaux d’information, mettre en place une déviation, demander au besoin le renfort des services partenaires, communiquer sur les perturbations engendrées par l’incident. Le tout avec un objectif essentiel : rétablir le réseau routier pour limiter au maximum la gêne occasionnée aux usagers de la route.