Retour à la bibliothèque
Haute-Savoie mag - N°165 - Juillet/Août 2017
Au bord du Léman,  un lieu de prédilection pour les amateurs de nature

© Dep74 - L. Guette

Chablais

Au bord du Léman,  un lieu de prédilection pour les amateurs de nature

Si les idées de balades en Haute-Savoie ne manquent pas, il en est une, celle du domaine de Rovorée-La Châtaignière, qui possède de nombreux atouts charme. Ses magnifiques points de vue sur le Léman, son patrimoine, sa faune, sa flore, son caractère authentique et ses circuits pédestres jalonnés de panneaux thématiques en font un lieu de promenade très apprécié. 

Le parc de Rovorée - la Châtaignière, sur le territoire des communes d’Yvoire et d’Excenevex, s’étend sur une surface de 24 ha de prairies et massifs boisés, avec une façade lacustre de 1,2 km. C’est l’un des rares espaces publics accessibles en bordure du Léman. 

Façonnée par les périodes glaciaires dont il demeure des traces (blocs erratiques), cette berge du lac a été notamment marquée par l’histoire féodale du Moyen Âge. Quelques vestiges de l’ancien port et du château médiéval de Rovorée, peu à peu envahis par la végétation, sont encore visibles et témoignent du caractère stratégique de ce lieu, notamment un mur maçonné de 3 m de haut et 30 m de long et un fossé de l’enceinte du château. 

Au cœur du domaine, la Châtaignière est une ancienne résidence de villégiature construite en 1926 par l’architecte genevois Maurice Turrettini pour une famille de soyeux lyonnais, les Cozon. Elle constitue un témoin du mode de vie des familles aisées de la fin du XIXe et du début du XX  siècle, qui disposaient de résidences d’été conçues pour le confort et l’apparat. François Turrettini, l’un des propriétaires, a investi des sommes considérables dans la plantation d’un arboretum, encore visible aujourd’hui, qui renferme une collection d’arbres exotiques, dont un séquoia géant.

Acquise en 1997 par le Conservatoire de l’Espace Littoral et des Rivages Lacustres, cette maison de maître est désormais gérée par le Département, également propriétaire du parc de Rovorée. Au quotidien, et en partenariat avec de nombreux acteurs, il entretient les sentiers du site, en protège la faune et la flore et en conçoit les aménagements pour l’accueil du public.

Une biodiversité particulièrement florissante

Le domaine déploie des paysages très diversifiés : résurgences à tufs (roche), prairies, haies, espaces boisés, rives du lac Léman… Véritable havre de paix, cet espace naturel sensible offre des points de vues sans cesse renouvelés par les couleurs changeantes du lac, du golfe de Sciez à la pointe de Ripaille, avec les Préalpes Chablaisiennes et la Dent d’Oche en arrière-plan. Sa flore est connue de façon quasi exhaustive : ce sont pas moins de 3 familles, 62 genres et 357 espèces différents qui occupent ce site. Une espèce est protégée au niveau régional, l’Ophioglosse langue de serpent (fougère vivace). Des châtaigniers, vieux de plusieurs siècles, sont présents au sein d’un massif boisé qui a donné son nom au site. Un plan de sauvegarde est en cours d’élaboration pour protéger ces arbres menacés par des maladies dévastatrices. Le Département mène également des actions pour la conservation des autres espèces végétales : arbres exotiques, chêne, charme, merisier, érable, et de la faune : oiseaux, insectes, papillons et mammifères (chevreuils, écureuils, blaireaux, lièvres et sangliers). Cette dernière est, elle aussi, variée, avec 87 espèces d’oiseaux différents et 13 espèces de chauves-souris. Parmi celles-ci, la Pipistrelle pygmée est remarquable car cette colonie est unique en Haute-Savoie.