Retour à la bibliothèque
Haute-Savoie mag - N°171 - Septembre-octobre 2018
Dossier
Secours

Sapeurs-pompiers, les anges gardiens des Haut-Savoyards

Avec une géographie et une météo montagnardes, la Haute-Savoie connaît une activité de secours soutenue.

Avec une géographie et une météo montagnardes, la Haute-Savoie connaît une activité de secours soutenue.

© Sdis 74

Opération de secours, lutte contre les incendies, prévention des risques… Le Service départemental d’incendie et de secours de la Haute-Savoie a effectué plus de 55 000 interventions en 2017. Une activité dense et croissante qu’assurent avec engagement près de 3 500 femmes et hommes, sapeurs-pompiers professionnels et volontaires, mais aussi personnels administratifs, techniques et spécialisés.

Dirigé par le colonel Pascal Lorteau(1), sous l’autorité du préfet Pierre Lambert et du président du Département Christian Monteil(2), le Service départemental d’incendie et de secours de la Haute-Savoie (Sdis 74) est chargé de la prévention, de la protection et de la lutte contre les incendies. Il concourt également aux secours d’urgence, à l’évaluation et à la prévention des risques technologiques et naturels, tout en participant à des missions de renfort hors de notre département(3).
Doté d’un budget de 110,5 M€, financé à hauteur de 45,5 M€ par le Département, le Sdis 74 est organisé en six pôles. En marge des soldats du feu, figurent notamment le Service de santé et de secours médical composé de médecins, infirmiers, pharmaciens, vétérinaires et psychologues (qui participe à la prise en charge de victimes lors d’événements de grande ampleur) ainsi qu’une unité de prévention des risques d’incendie (compétence exclusive du Sdis).

24h sur 24, 365 jours par an
Parmi les plus gros effectifs du territoire(4), le Sdis 74 réunit 3 570 femmes et hommes. Aux 158 personnels administratifs, techniques et spécialisés, s’ajoutent 2 761 sapeurs-pompiers volontaires (SPV) et 655 sapeurs-pompiers professionnels (SPP) dont 6 % sont des femmes (20,6 % chez les volontaires(5)). Alors que plus du tiers des SPV a moins de trente ans, plus de la moitié des SPP en a plus de quarante. Enfin, 24h sur 24, 365 jours par an, 110 SPP et 250 SPV sont d’astreinte.
Marquée par une activité touristique importante, une géographie et une météo montagnardes, la Haute-Savoie est le théâtre d’une activité de secours soutenue. En 2017, les soldats du feu ont en effet effectué 55 310 interventions (+5 % par rapport à 2016). La plupart d’entre elles relèvent de l’assistance à la personne (39 445). Viennent ensuite les accidents de la circulation (4 689), les incendies (3 913) et des “opérations diverses” (7 263 : inondations, nid de guêpe dans une école…). L’année 2018 a d’ailleurs été marquée par les grosses intempéries de cet hiver et l’incendie provoqué par l’explosion de bouteilles de gaz dans une station essence d’Amancy.

Un maillage territorial décisif
Les interventions sont effectuées à partir de 126 sites. Déployé à travers quatre groupements (bassin annécien, Chablais, Genevois et vallée de l’Arve), ce maillage repose notamment sur 87 centres d’incendies et de secours, dont 25 qui réunissent professionnels et volontaires. Tandis que la direction du service est implantée à Annecy-Meythet, des centres de secours principaux sont basés à Annecy, Annemasse, Chamonix, Cluses, Épagny-Metz-Tessy et Thonon-les-Bains. « Notre implantation territoriale est essentielle, d’où notre volonté farouche de maintenir en activité les centres de secours, notamment à travers le volontariat », commente le colonel Vincent Honoré, Directeur départemental adjoint du Sdis 74.
Pour effectuer la mission de sécurité qui lui est confiée par l’État, l’équipe du Sdis 74 dispose aussi de 820 engins. Certains sont réservés aux missions quotidiennes (camions citerne, échelle pivotante séquentielle, fourgon pompe tonne grande puissance…), d’autres sont utilisés dans le cadre d’opérations plus techniques (bateaux-pompes, chenillettes, quads…). Tous sont entretenus par les équipes des centres de secours et des ateliers mécaniques d’Annecy-Meythet et de La Roche-sur-Foron. En 2017, le Sdis 74 s’est aussi équipé d’un sonar à balayage latéral.

Le CTRA, un outil inédit
En marge des centres de secours, le Sdis 74 gère, en collaboration avec le Samu, le Centre de traitement et de régulation des appels (CTRA). Première plate-forme des appels d’urgence 15, 18 et 112, elle est dotée d’un logiciel partagé d’aide à la décision. Inauguré en 2013, ce plateau abrite aussi le service Téléalarme du Département, des ambulanciers, des médecins libéraux pour l’urgence et l’équipe du 115 (urgences sociales).
Garantissant l’optimisation des temps d’envoi des moyens, le CTRA a enregistré 164 664 appels entrants (18 et 112) en 2017, soit un appel d’urgence toutes les trois minutes !


(1) Depuis le 10/09/2018.
(2) Lire l’entretien avec le colonel Honoré.
(3) Les pompiers haut-savoyards sont intervenus durant l’été 2017 dans l’Hérault et dans l’Aude pour lutter contre des feux de forêt.
(4) Pour comparaison, la commune nouvelle d’Annecy compte 3 100 agents et le Département 3 000 ; SNR emploie 2 800 personnes dans le bassin annécien et les Eaux d’Évian 2
&nbsp074.
(5) Moyenne nationale : 14 %.