Retour à la bibliothèque
Haute-Savoie mag - N°171 - Septembre-octobre 2018
Expression politique

La politique d’étranglement aux dépens des Haut-Savoyards

Le Département est votre interlocuteur local depuis la loi de décentralisation de 1982. Bien, ça, c’est de l’histoire. Maintenant, si des communes sont aidées après de fortes intempéries, si les Haut-Savoyards bénéficient d’investissements à hauteur de 200 M€ l’an, si le matin la route est déneigée et que votre enfant mange à la cantine du collège, ça, c’est normal et vous avez raison de le penser.

Ce qui n’est pas normal, c’est que le pouvoir incarné aujourd’hui par Emmanuel Macron aime le centralisme. Mais pas la décentralisation et la proximité qu’il méprise. Et en bon jacobin, il fait injonction aux Départements de France de limiter la hausse de leurs dépenses de fonctionnement à 1,2 % par an pendant trois ans. Faut-il rappeler que les Départements ont l’interdiction d’emprunter pour leur fonctionnement. Et c’est oublier un peu rapidement que le Département intervient souvent là où l’Etat est absolument incapable d’agir financièrement. On souhaiterait voir ce dernier s’illustrer par une exemplarité qui ferait repère pour toutes les collectivités. Ça, c’est du rêve.

Le Département n’ayant pas prévu de piscine dans ses propriétés ou de vaisselle de marque pour ses réceptions, il poursuivra son cap au bénéfice des Haut-Savoyards : en s’intéressant aux personnes dépendantes, au gel du taux de l’impôt, aux aides aux plus démunis. Ça, c’est du concret.

Cette politique d’étranglement que l’on impose au Département, au risque d’amendes très importantes, est le signe délétère d’un gouvernement qui est sous assistance respiratoire. Et c’est préjudiciable quand il s’agit de s’occuper de santé, de lutte contre la pollution, par exemple, qui concernent pourtant l’Etat.
Ça, c’est la réalité.


Groupe Les Républicains de Haute-Savoie

Joël Baud-Grasset
François Daviet
Sophie Dion
François Excoffier
Patricia Mahut
Sylviane Rey