Retour à la bibliothèque
Haute-Savoie mag - N°175 - Mai-Juin
En direct du département
Environnement

Alpages : à la découverte d'un territoire aux milles richesses

La beauté de nos montagnes sous leur manteau de neige est mondialement connue. Mais, chaque année au printemps, elles nous dévoilent un autre visage : celui des alpages. Terre de biodiversité, territoire d’une filière agricole d’excellence, terreau de savoir-faire artisanaux et terroir gastronomique, terrain de loisirs nature et sportifs, l’alpage haut-savoyard est une richesse que le Département valorise et protège depuis de nombreuses années.

En Haute-Savoie, les alpages couvrent une surface de 70 000 hectares fréquentés par 1 300 éleveurs alpagistes, 31 500 bovins, 32 000 ovins et 5 000 caprins. Ces espaces pastoraux représentent à eux seuls 20 % de la surface totale des territoires de Savoie et de Haute-Savoie. Socle de la vie montagnarde, ils sont les garants d’une vitalité économique, sociale, patrimoniale et touristique emblématiques des Alpes. C’est tout naturellement que l’alpage est donc défini comme l’un des cinq milieux prioritaires de la politique du Département en faveur de la protection des Espaces Naturels Sensibles. L’enjeu principal pour ce type de territoire est de concilier la protection des espaces et de leur biodiversité, les activités économiques d’élevage et de transformation du lait et les activités de loisirs et de tourisme.

Un espace naturel, réservoir de biodiversité

La Haute-Savoie est un département riche d’une grande biodiversité, tant pour la faune que pour la flore, qui se sont développées et adaptées aux conditions de moyenne et haute montagne. Si les alpages hébergent en été des animaux d’élevage, ils abritent de façon permanente une faune sauvage très variée composée d’espèces aussi rares qu’emblématiques des stations alpines : le tétras lyre, le gypaète ou le lagopède.

Depuis 1995, le Département a consacré plus de 7,5 M€ à la préservation des alpages. Parmi les 500 dossiers traités, 41 % concernent des travaux sur des chalets favorisant la gestion conservatoire des espaces pastoraux ; 32 % portent sur des opérations de reconquêtes pastorales, notamment par débroussaillage et élagage, et 10 % ont un rapport avec la sensibilisation des publics. À ce titre, depuis 2018, ce sont plus 300 panneaux de sensibilisation rappelant les comportements à adopter en alpages pour ne pas entraver la vie animale et botanique et invitant au respect de l’activité pastorale, qui sont déployés progressivement sur le territoire de la Haute-Savoie.

Dans un contexte de forte pression foncière, y compris sur les espaces d’altitude et les chalets d’alpages, un dispositif d’intervention a été mis au point en 2001 pour favoriser l’acquisition d’alpages par des collectivités locales ou Associations Foncières Pastorales en vue de leur protection et de leur mise en valeur pastorale. Depuis, le Département a apporté plus de 2,5 M€ sous forme de subventions pour la sauvegarde de 1050 hectares et de nombreux chalets d’alpage. C’est ainsi qu’en 2018 et 2019, des acquisitions importantes ont été soutenues pour le chalet “La Lanche des Bouts” au Grand-Bornand, les alpages du “Vouatait” et de “Nant Blanc” au Bouchet Mont Charvin. Un alpage-école sur la montagne de Sulens a également vu le jour en 2017. Ce projet a été réalisé avec un soutien financier du Département de 318 000 € apporté à la Communauté de Communes de la Vallée de Thônes pour l’acquisition d’un alpage de 65 hectares et de plusieurs bâtiments.

Les espaces pastoraux en Savoie Mont Blanc : le terreau d’une filière d’excellence

L’activité pastorale en Savoie Mont Blanc s’illustre par 5 productions fromagères d’Appellation d’Origine Protégée (AOP) : le Beaufort, le Reblochon, l’Abondance, la Tome des Bauges et le Chevrotin. Elle est soutenue par le Conseil Savoie Mont Blanc dans le cadre d’une politique agricole mutualisée entre les deux Départements savoyards. Cette production laitière typique représente à elle-seule 300 ateliers de fabrications fermières et près de 65 millions de litres de lait.

Le soutien du Conseil Savoie Mont Blanc a pour objectif de redynamiser les alpages laitiers en facilitant des projets d’équipements productifs et ainsi de pérenniser l’activité économique des espaces pastoraux, voire d’encourager la diversification laitière. En mars dernier, le Conseil Savoie Mont Blanc s’est ainsi prononcé en faveur d’un dispositif d’aides aux investissements de production et de transformation laitière. Ces aides pourront être versées aux exploitations agricoles individuelles, aux groupements pastoraux et aux maîtres d’ouvrages publics (collectivités, AFP(1), etc.) à hauteur maximale de 40 % de l’investissement neuf (salles de traite mobile, transport du lait, modernisation des bâtiments d’élevage et/ou du matériel de transformation laitière en alpage).

L’alpage : support d’activités touristiques et de loisirs

Au-delà de l’activité pastorale, l’alpage est un espace partagé, son identité forte génèrant une attractivité particulière. Parsemé de perles patrimoniales et historiques, vaste espace de sports d’hiver, sillonné d’itinéraires de randonnées pédestres et VTTistes l’été, l’alpage c’est aussi le terrain de loisirs nature des hauts-savoyards et des touristes venus des quatre coins du monde. Cet élan d’activités complémentaires à l’économie pastorale traditionnelle induit une consommation et une complémentarité d’emploi capitale pour les villages et stations de Haute-Savoie. Bergers, éleveurs, touristes, environnementalistes, sportifs de haut niveau… De nouveau l’alpage est riche de sa diversité, cette fois-ci celle de ses visiteurs…

 

(1) Association Foncière Pastorale (AFP) : regroupement de propriétaires de parcelles et espaces pastoraux dont les objectifs sont de favoriser le regroupement, l’aménagement, l’entretien de ces terres et de contribuer au maintien et au développement de la vie rurale.