Retour à la bibliothèque
Haute-Savoie mag - N°175 - Mai-Juin
En direct du département
Entretien

Interview croisée :

C. Petex / G. Chavanne

Quels sont les enjeux actuels liés à la gestion des alpages ?

Christelle Petex, Vice-Présidente déléguée Développement durable, Environnement, Forêts : La bonne gestion des alpages constitue une garantie à long terme pour maintenir les grands paysages de montagne ouverts ainsi que la biodiversité exceptionnelle qu’ils abritent. C’est pour cela que le Schéma Départemental des Espaces Naturels Sensibles les a identifiés comme milieu prioritaire à préserver. Ils sont par ailleurs un élément très attractif pour le territoire en termes touristiques et économiques. L’un des enjeux majeurs à prendre en compte pour les années à venir est l’adaptation au changement climatique. Ce processus est à prendre en considération car les alpages constituent le dernier refuge pour des espèces emblématiques de montagne (le tétras lyre en est une bonne illustration), nous devons ainsi assurer une bonne gestion de ces espaces afin de maintenir l’habitat de ce type d’espèce. La réduction de la disponibilité de la ressource en eau en altitude devient aussi un défi à relever pour maintenir la présence des élevages en alpage.

Guy Chavanne, Conseiller départemental et Président de la Société d’Economie Alpestre : En effet, dans le contexte de changement climatique, que l’on a pu concrètement observer lors des récentes périodes de sécheresse, l’alpage se positionne comme une des solutions à nos systèmes d’élevage et de production. Face à la réduction des surfaces agricoles qu’on peut constater dans les vallées, il est particulièrement important de maintenir le foncier en espaces agricoles en altitude. Les alpages prennent ainsi une place de plus en plus stratégique dans l’économie des exploitations.

Quelles formes prennent les actions de préservation des alpages ?

Christelle Petex : Le Département accompagne les espaces pastoraux via les Contrats de Territoires des Espaces Naturels Sensibles. Il s’agit de soutenir financièrement les porteurs de projets publics dans la maitrise foncière des alpages, dans l’amélioration du traitement des effluents, dans la reconquête de zones délaissées, dans la pérennisation de l’accès à une ressource en eau, dans le développement des conditions d’accueil du public en alpage et enfin dans la conservation des chalets d’alpage indispensables à la gestion pastorale.

Guy Chavanne : La conservation des alpages prend aussi la forme d’une politique de protection des terres possible grâce à un dispositif de « veille foncière » entre le Département, les spécialistes du foncier agricole et la SEA : le Conservatoire des Terres Pastorales. Ce dernier a été créé afin que les collectivités puissent acquérir des alpages menacés par une transformation en espaces de loisirs non productifs (maison secondaires, etc.). La réhabilitation de l’alpage de Nant Blanc au Bouchet-Mont-Charvin – voué à être transformé en zone résidentielle – en vue d’y réimplanter une activité laitière avec transformation laitière est un parfait exemple. Cette opération menée par la commune et avec le soutien financier du Département, a été possible grâce au conservatoire.