Retour à la bibliothèque
Haute-Savoie mag - N°174 - Mars-Avril
Actualité
Politique de l'eau

Ressource en eau : le Département se mouille

Espace Naturel Sensible de la plaine du Fier, à la Balme-de-Thuy et Dingy-Saint-Clair.

Espace Naturel Sensible de la plaine du Fier, à la Balme-de-Thuy et Dingy-Saint-Clair.

© Dep74 – L. Guette

On se souvient des images du lac d’Annecy fin octobre… Si la ressource en eau a été malmenée par les conditions climatiques en 2018 sur notre territoire, le Département poursuit une politique volontariste en faveur de sa préservation.

Mise à l’honneur ce 22 mars à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, la ressource en eau a subi dans notre territoire une importante pression ces derniers mois : un fort déficit pluviométrique, des températures anormalement élevées au 3e trimestre... Ceci provoquant un assèchement des nappes phréatiques suffisamment préoccupant pour que de multiples arrêtés de restriction soient pris par la préfecture.

Sécuriser l’approvisionnement et l’assainissement

La croissance des territoires urbanisés, la demande croissante de la population résidente, les besoins liés à l’agriculture (confrontée par ailleurs à un fort déficit de fourrage du fait de la sécheresse), la prise en compte des besoins spécifiques des populations touristiques et l’accélération du dérèglement climatique induisent une forte pression sur la ressource en eau. Limitée, elle doit être protégée, préservée et partagée.

Depuis 1978, le Département mène une politique volontariste sur cette question. Au titre de la solidarité territoriale, il apporte un soutien financier et technique aux investissements engagés par les communes et intercommunalités des territoires ruraux. Qu’il s’agisse de sécuriser l’approvisionnement en eau potable de qualité et en quantité suffisante, de lutter contre les fuites sur un réseau vieillissant ou d’assurer un traitement des eaux usées pour minimiser l’impact de leur rejet dans les milieux naturels, les besoins d’investissements publics représentent un enjeux majeur pour le territoire et ses habitants.

Le réseau et ses fuites, source majeure du problème

Chaque année depuis 2001, plus de 10 M€ de subventions départementales cofinancent près de 50 M€ de travaux (80 chantiers menés en 2018). À moyen et long termes, le renouvellement d’un réseau vieillissant qui entraîne des fuites constituera un enjeu primordial pour les investissements publics.

Le Département mène également une politique ambitieuse en matière d’Espaces Naturels Sensibles (ENS), notamment pour la préservation des milieux aquatiques. À travers les Contrats de territoire ENS, les Contrats de rivières ou encore les Contrats de site, le Département consacre plus de 9,5 M€ en 2018 à sa politique ENS, dont 1,2 M€ aux programmes de restauration et de gestion des milieux aquatiques.

Conscient que les besoins ne cessent d’évoluer, et contraint par un contexte légal lui aussi en pleine mutation(1), le Département a fait le choix d’adapter pour les 3 prochaines années sa politique de soutien financier pour un meilleur accompagnement des travaux sur le réseau d’adduction d’eau potable. Il contribue par ailleurs à plusieurs réflexions : cultures moins riches en eau (politique menée via le Conseil Savoie Mont Blanc), gestion raisonnée et efficiente avec l’État, l’Agence de l’eau, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et les collectivités territoriales…

(1)Entre 2020 et 2026, la compétence Eau et assainissement sera intégralement transférée aux intercommunalités.