Retour à la bibliothèque
Haute-Savoie mag - N°167 - Novembre/Décembre 2017
Présilly : vers un espace rural restructuré

© Dep74 - L. Guette

Bassin genevois

Présilly : vers un espace rural restructuré

Pour remédier aux dommages causés par la construction de l’A 41 Nord, une procédure d’aménagement foncier agricole et forestier a été engagée sur la commune de Présilly. Pilotée par le Département, et menée localement par une commission communale, cette opération
d’ampleur concerne près de 340 hectares.

Si l’A 41 Nord entre Annecy et Genève est aujourd’hui l’un des axes routiers indispensables du territoire, sa réalisation a cependant laissé quelques traces dans le paysage. Outre une modification de celui-ci, la construction de l’ouvrage a eu des impacts sur l’activité agricole locale : pertes de surfaces agricoles compte tenu de l’emprise autoroutière, exploitations coupées par l’autoroute, parcelles isolées ou mal desservies…


Une procédure concertée
Afin de permettre à ces espaces agricoles de retrouver une cohérence et d’en améliorer l’exploitation, la commune de Présilly a entrepris de les réorganiser. À travers une procédure d’aménagement foncier agricole et forestier (AFAF), il s’agit entre autres points, de redessiner les parcelles afin de regrouper les propriétés agricoles, d’améliorer leurs caractéristiques (taille, forme, accessibilité…) ainsi que leurs conditions d’exploitation. Cette démarche concertée est conduite par le Département, avec une Commission Communale d’Aménagement Foncier composée d’une quinzaine de membres (dont des représentants du Département, d’élus communaux, de propriétaires fonciers, d’exploitants agricoles, des personnes qualifiées sur les questions environnementales…), conformément au Code rural. D’autres partenaires sont aussi mobilisés, notamment Adelac, le concessionnaire de l’autoroute.
Associant particulièrement la population, la procédure d’aménagement foncier agricole et forestier de Présilly comporte plusieurs phases de consultation des habitants de la commune, notamment les propriétaires et les exploitants.


Six exploitations et près de 340 hectares
Le périmètre concerné couvre près de 340 ha et englobe six exploitations agricoles. En plus de l’amélioration de l’usage agricole des parcelles, le projet contribuera à préserver les paysages et les équilibres environnementaux tout en favorisant l’aménagement du territoire rural.
Après une phase d’études qui a permis de fixer des objectifs et de déterminer la zone à aménager, le périmètre a été fixé en mai 2015 par arrêté du Président du Département. Il comprend un périmètre dit “perturbé” de 147 ha, correspondant aux secteurs directement impactés par la construction de l’ouvrage et un périmètre dit “complémentaire”, de 188 ha, qui rendra l’aménagement foncier plus efficace et cohérent d’un point de vue agricole. Il inclut notamment des exploitations agricoles dont les parcelles sont situées dans les deux périmètres à la fois.
Une deuxième phase, plus opérationnelle, a débuté en 2016 sous la conduite d’un géomètre-expert et en lien étroit avec la commission communale, pour classer chaque parcelle selon sa valeur agronomique. Elle a permis d’élaborer un premier projet de réorganisation parcellaire et de préciser les travaux à réaliser. En parallèle, une étude d’impact a été menée pour assurer la prise en compte des enjeux environnementaux. Ses résultats seront connus en fin d’année. Ils permettront d’affiner le dossier définitif qui sera soumis à enquête publique en 2018. C’est à l’issue de cette phase et de ses conclusions que le nouveau plan d’aménagement sera définitivement arrêté par le président du Département et rendu public.